FIAT LUX ROLISTICUM !!

JDR
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phil

avatar

Nombre de messages : 1428
Localisation : Londra, Grandbretan
Date d'inscription : 18/11/2009

MessageSujet: 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)   16/2/2012, 13:52

Revenons un instant en 2055. À l’époque et pendant quelques années, la raison pour laquelle les otakus étaient apparus n’était pas évidente. Ils croyaient en tous cas dur comme fer à l’existence de quelque chose qu’ils appelaient la Résonance profonde (à leurs yeux, un démiurge ou une quasi-divinité habitant la Matrice). Ces enfants prodigieux étaient notre futur (nous les appelons aujourd’hui « technomanciens ») et devaient jouer un rôle clé. Par ailleurs, à l’insu de tous sauf de quelquesuns d’entre nous, il existait plusieurs IA : Mirage, né des cendres d’Echo Mirage, Morgan (une IA solitaire créée chez Renraku qui prit la fuite aussitôt que possible avec un decker du nom de Dodger) et Deus (une autre IA crée par Renraku qui espérait avoir une intelligence artificielle à son service. Son code avait été partiellement arraché à Morgan, qui devint Megaera lors du processus, ce qui la brisa, pauvre petite). Il reste que pour la plupart des gens, cela ne signifiait rien du tout. Comme les dragons, aucune de ces entités (IA ou otakus) n’entraient jamais dans leurs vies. Cela finirait par arriver, de manière très réelle et très brutale. Et pas qu’une seule fois, mais plusieurs, entre 2059 et 2064.



LES PROJETS DE DEUS


En décembre 2059, l’Arcologie Renraku de Seattle s’isola sans raison apparente du reste du monde, verrouillée et coupée du reste de la ville et de la Matrice. Renraku boucla la zone, offrant des explications peu crédibles en prétextant des dysfonctionnements. Comme le temps passait, de plus en plus de gens (les habitués de la Matrice autant que le commun
des mortels) réalisèrent que quelque chose de grave se produisait là-dedans. Ce n’est que plus tard, quand le général Colloton et les troupes des UCAS furent appelées en renfort pour reprendre la situation en main et qu’elles commencèrent à libérer l’arcologie, qu’il fut révélé que l’IA Deus avait pris le contrôle de l’arcologie et conduisait diverses expérimentations
sur les captifs, servant ses buts propres. Ce n’est qu’après une longue série d’escarmouches horribles, sanglantes
et poignantes et de nombreuses batailles matricielles que tomba enfin la forteresse maudite de Deus. Ceux qui tentèrent par la suite de la capturer furent déçus de découvrir que l’IA avait échappé à leur piège soigneusement tendu. Il s’avéra que Deus s’était téléchargé sous forme de noeuds dans le cerveau de plusieurs victimes relâchées dans le monde entier après leur libération. Ces personnes devinrent membres du Réseau, qui comptait également Megaera, intégrée à la suite du dernier combat qui l’opposa à Deus. Cela devait se révéler très important par la suite.



WINTERNIGHT


Acteurs et événements se télescopèrent pour mener au Second Crash lors de l’introduction en bourse de Novatech. La corporation lourdement endettée, espérant dégager assez de liquidités pour sortir la tête de l’eau, avait pris toutes les précautions nécessaires avant d’ouvrir son capital au public. La Bourse de Boston, la grande place boursière de la
Côte Est depuis les tremblements de terre de New York en 2005, améliora ses serveurs pour pouvoir gérer le trafic immense qui serait généré lors du lancement de l’opération. Deus voulait tirer avantage de ce qui serait la plus grande source
de trafic matriciel de tous les temps (c’est pas souvent qu’une mégacorporation ouvre son capital !) afin de se transcender, de devenir un dieu dans la Matrice, en se purgeant des dernières traces du code de Megaera dans l’affaire.
Dans l’intervalle, Pax, qui avait fait partie des anciens serviteurs otakus dévoués de Deus, avait subi une déformation au contact de quelque chose qu’elle appelait la Dissonance, un phénomène contraire à celui provoqué par la Résonance profonde. Elle subissait par ailleurs l’effet de la Dégénérescence, la perte de ses capacités d’otaku due au vieillissement, mais elle ne comptait pas les laisser disparaître sans combattre, prête à sacrifier tout et tout le monde pour pouvoir les conserver.


Il advint que Pax fit équipe avec le culte nordique extrémiste Winternight, trop heureux de pouvoir déstabiliser la Matrice, l’outil principal de leur ennemi le dieu Loki. Ils implantèrent non seulement un ver gigantesque dans le réseau mais volèrent également des armements nanotechnologiques dans une Eurocorp AA du nom de Zeta-ImpChem, en prévoyant de les utiliser dans leur plan pour détruire Deus et la Matrice. Le nanovirus volé fut accidentellement répandu lors de l’infiltration d’une zone corporatiste extraterritoriale en Suisse, tuant toutes les personnes présentes mais permettant à Z-IC d’identifier
l’arme. Ils découvrirent également des fichiers contenant le code d’un ver dans un serveur proche, faisant ainsi circuler le mot au sujet des projets de Winternight et de ses desseins potentiels. Trop tard.


Pax et Winternight avaient réussi. Le ver porteur de la Dissonance se déclencha à l’instant prévu, ravageant tout sur son passage en se répandant sur la Matrice. Le code viral du ver frappa la Bourse de Boston peu après le lancement de l’introduction en bourse de Novatech, quelques instants après que Deus soit apparu au milieu de l’hôte virtuel de la place boursière pour commencer sa mise à niveau sauvage. Ajoutez à tout ce foutoir quelques frappes EMP sur plusieurs noeuds matriciels majeurs, et vous comprenez comment tout a merdé dans les grandes largeurs. Même la Matrice des Ombres n’était pas complètement à l’abri, bien qu’elle soit parvenue à se couper du reste de la Matrice avant que les dégâts ne deviennent trop sérieux. Mais c’était déjà trop tard pour le reste d’entre nous, surtout en Amérique du Nord. Comme vous les gosses le dites aujourd’hui, c’était tout bogué de partout.



Dernière édition par Phil le 16/2/2012, 21:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phil

avatar

Nombre de messages : 1428
Localisation : Londra, Grandbretan
Date d'inscription : 18/11/2009

MessageSujet: Re: 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)   16/2/2012, 20:14

TOUT UN MONDE SANS FIL


On en arrive donc aux cinq dernières années entre 2065 et notre bonne année 2070. La plupart d’entre vous savent ce qui s’est passé puisque vous l’avez vécu mais je vais détailler ici par souci d’exhaustivité, histoire d’avoir un tableau complet. Après tout, il n’est pas possible d’apprécier l’image d’un puzzle tant que toutes les pièces ne sont pas en place.

NEONET ET LA WMI


La première des priorités fut de rétablir un système pour remplacer l’ancienne Matrice : notre société en dépendait tellement qu’elle s’effondra purement et simplement pendant un temps à certains endroits. C’est là que deux compagnies, Transys Neuronet et Erika, entrent en scène : elles développaient des technologies sans fil dans le cadre de « l’Initiative pour une Matrice sans fil » (Wireless Matrix Initiative, WMI) depuis 2058 et avaient prévu de les mettre en place à l’automne 2064. Le Second Crash arriva à point nommé pour elles et il fut bientôt évident que c’était là la réponse à nos prières. Après la fusion de Transys Neuronet et d’Erika, Novatech engagea immédiatement des négociations pour fusionner avec ces deux autres entreprises rompues à la technologie matricielle. Le seul problème était que dans l’esprit de beaucoup de ceux qui savaient ce qui s’était passé le jour du Second Crash, le nom de Novatech rimait avec quelque chose qu’il valait mieux éviter. La nouvelle corporation ainsi formée fut baptisée NeoNET et entreprit de donner à la Matrice sa forme virtuelle et augmentée que nous connaissons aujourd’hui.



DES GAGNANTS ET DES PERDANTS


Les années qui suivirent le Crash virent nombre de changements significatifs dans le paysage de la Cour corporatiste, tandis que les mégas manoeuvraient pour se positionner et tirer avantage des faiblesses des autres. Les deux changements les plus importants furent la perte de son siège par l’une des mégas et l’ascension d’une autre qui s’en empara. Les problèmes de Cross Applied Technologies commencèrent quand son PDG, Lucien Cross, trouva la mort dans un accident d’avion le jour du Crash 2.0. Damien Knight et Ares avaient toujours eu un oeil sur CATCo, mais la mort de Cross les poussa à déclarer une guerre ouverte, s’emparant à tour de bras d’actifs de la corporation alors que le fils Cross essayait désespérément de faire tenir la route à sa compagnie. Cette situation, associée à divers autres soucis financiers et irrégularités, plaça le siège de CATCo dans une position extrêmement précaire.


À la même époque, une autre corporation passait à l’action, en sens inverse. Horizon Group, une corpo spécialisée dans le domaine des relations publiques, le divertissement et le marketing, utilisa ses relations privilégiées au sein de plusieurs nations importantes (Tír Tairngire et le Conseil Pueblo, entres autres) ainsi que ses contrats exclusifs de reconstruction de la Californie, pour revendiquer avec succès le siège laissé vacant par CATCo à la Cour corporatiste. Nouvel acteur sur la scène des AAA, il faudra voir ce qu’ils comptent faire avec leurs nouveaux pouvoirs, mais le moins qu’on puisse dire est que cela devrait se révéler intéressant.



COLLOTON PRÉSIDENTE


Le Second Crash bousilla également complètement les élections de novembre 2064, foutant en l’air les systèmes électroniques de vote à distance. Par ailleurs, un groupe se faisant appeler Nouvelle Révolution, dont les objectifs étaient de réunifier par la force les anciens États-Unis d’Amérique, tenta un coup d’État qui échoua. Ils parvinrent néanmoins
à tuer un certain nombre de dirigeants, au nombre desquels le président Kyle Haeffner, avant que les troupes loyalistes des UCAS ne parviennent à reprendre le contrôle. Le président par intérim, le général Angela Colloton, rendue célèbre pour son travail lors de la crise de l’Arcologie Renraku en 2059, déclara la loi martiale jusqu’à ce que le pays soit de nouveau sous contrôle. Quand de nouvelles élections furent organisées, nous n’eûmes pas d’autre choix que d’élire un président qui ne soit pas qu’un instrument des corporations pendant toute la durée de son mandat. Arrivés à ce point-là, on en avait tellement pris plein la gueule qu’on avait besoin de tout sauf d’une controverse au sujet des candidats. On a donc tiré les
leçons de nos erreurs et on a élu Colloton Présidente en 2068.
Revenir en haut Aller en bas
Phil

avatar

Nombre de messages : 1428
Localisation : Londra, Grandbretan
Date d'inscription : 18/11/2009

MessageSujet: Re: 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)   16/2/2012, 21:29

LE TEMPS DE LA RECONSTRUCTION


Après le Second Crash, chacun se mit à ramasser les morceaux aussi vite que possible. Un mémorial fut érigé à Boston en hommage aux nombreuses victimes et la Bourse fut déplacée à New-York : cette ville avait depuis longtemps été reconstruite après le séisme de 2005 et avait abrité la Bourse autrefois. Cette décision tombait donc sous le sens. Pendant ce temps, la Nation ute, entraînée depuis le début des années 60 dans une lente spirale de crise, craqua finalement dans le sillage du Crash. Plus avides que fiers, les Utes acceptèrent avec un mélange de rancoeur et de gratitude l’assistance du Conseil corporatif pueblo, récemment converti à la technologie sans fil et qui les absorba en 2067. Leur secteur de Denver ne tarda pas à suivre avec la bénédiction de Ghostwalker. Le retrait de la mégacorporation Mitsuhama Computer Technologies hors du territoire tsimshian après qu’elle eut pillé la terre sans vergogne, laissa le pays plutôt exsangue ; les Salish-shidhe ne perdirent pas de temps et en firent un protectorat salish. Ces événements provoquèrent un sacré remue-ménage au sein du Conseil tribal souverain, alors je garderai un oeil de ce côté-là si j’étais vous, des fois que…



LES TEMPS DE L’ÉMERGENCE


À l’insu des masses métahumaines, le Crash de 2064 sema des graines qui mettraient des années à germer dans les champs numériques fertiles de la nouvelle Matrice. On considère désormais très largement que le Crash a eu pour conséquence un événement de singularité, qu’il ait été intentionnel ou non. Alors que des milliers d’utilisateurs qui se trouvaient en ligne ont été tués, d’autres se trouvèrent subtilement changés, devenus de véritables enfants de la Matrice. Quelques rares survivants découvrirent qu’ils étaient capables de s’interfacer directement avec la nouvelle Matrice sans fil en utilisant le seul pouvoir de leur esprit et la mystérieuse force connue sous le nom de « résonance ». Bien qu’ils
restent rares, ils semblent de plus en plus nombreux depuis le Crash. Quand elles identifièrent ces individus exceptionnels dotés de cet étrange don, les mégacorpos lancèrent des programmes secrets pour capturer et examiner sans vergogne ces « technomanciens », dans l’espoir de contenir le phénomène, de les contrôler et de dompter leur pouvoir à des fins commerciales et sécuritaires.



En juin 2070, l’évasion désastreuse et sanglante d’une poignée de ces cobayes dans un centre de recherche de Hong Kong jeta les technomanciens en pâture à l’opinion publique mondiale de la pire des manières. Forcées de justifier leurs actions ou de se servir de ces individus potentiellement dangereux comme boucs émissaires, plusieurs mégacorporations alimentèrent l’hystérie médiatique et la paranoïa du grand public. Les technomanciens furent associés au Crash et au virus de 64, et rendus responsables de tout et n’importe quoi, des intrusions matricielles illégales au piratage de cerveau. La frénésie entretenue par les médias se transforma bientôt en un spirale de persécutions et de violences mondiales, forçant de nombreux technomanciens à entrer dans la clandestinité et les Ombres.



UNE SECONDE RÉVÉLATION


À l’apogée des persécutions contre les technomanciens, la métahumanité eut une autre surprise tout aussi inattendue et terrifiante. Les ratissages de sécurité matricielle visant à détecter les activités virtuokinésiques des technomanciens révélèrent un nombre croissant d’anomalies. Les bizarreries et les témoignages étranges se multipliaient, et bientôt une vérité indéniable se fit jour : les technomanciens n’étaient pas les seuls enfants du Crash. Tirée de leurs cachettes par les nouvelles mesures de sécurité matricielles, une nouvelle génération d’intelligences artificielles émergea des profondeurs de la Matrice. Bien moins puissantes que la première génération de programmes matriciels doués de conscience, ces nouvelles IA émergèrent de logiciels et de programmes existants. Elles eurent rapidement à faire face non seulement aux discriminations des métahumains, mais elles se retrouvèrent également embarquées dans une bataille juridique pour voir
leurs droits d’êtres conscients autonomes reconnus par les corporations qui revendiquaient la propriété intellectuelle de leurs programmes d’origine.



Les débats firent rage des mois durant, et certaines mégacorporations prirent le parti des factions Émergées (pour des raisons pratiques de stratégie ou un intérêt éclairé). Mais ce n’est que lorsqu’on révéla les horreurs des expériences non autorisées pratiquées sur les technomanciens, et qu’on trouva un compromis grâce à une faction d’IA dirigée par l’intelligence numérique Pulsar, que les choses s’apaisèrent. Le retour au calme n’eut toutefois pas lieu avant que des réglementations strictes dans le domaine de la Matrice et de la sécurité ne soient votées dans plusieurs pays.


LA PÈGRE EN GUERRE


Les échos de la chasse aux sorcières dont avaient été victimes les technomanciens et de l’émergence des IA s’étaient à peine calmés qu’un tout autre type de problème social vit le jour dans de nombreuses conurbs au début de l’année 2071. Une nouvelle drogue Éveillée génétiquement modifiée appelée « tempo » déferla sur les quartiers déshérités et la jeunesse. Conférant une perception astrale limitée ainsi qu’un décuplement de l’empathie, le tempo devint rapidement la drogue à la mode, s’insinuant dans tous les milieux sociaux grâce aux failles juridiques entourant les drogues Éveillées. Les dégâts que causèrent le formidable succès du trafic de tempo sur les mines d’or traditionnelles des syndicats du crime comme les BTL et les drogues classiques, ainsi que les bénéfices impressionnants qu’en tiraient les distributeurs, eurent bientôt pour effet de déclencher une guerre entre organisations criminelles à l’échelle mondiale. Les syndicats s’affrontèrent localement et de manière internationale. La criminalité et la violence liées au trafic et à l’usage de drogue explosèrent, atteignant dans beaucoup de conurbs des degrés jamais vus.



Ces dernières années ont été riches en événements, mais comme on dit dans les Ombres, « les ennuis, c’est bon pour les affaires ». Et les affaires ont été bonnes, franchement. Et maintenant ? Eh bien, la suite de l'histoire, maintenant, c'est à vous de l'écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)   

Revenir en haut Aller en bas
 
2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2064 - 207? : Crash2.0 et... maintenant? (Epoque SR3 - SR4)
» Mais comment Moto GAto va faire pour gagner maintenant?
» Haiti a maintenant un premier ministre ...
» SOPA, PIPA? A la poubelle: maintenant ils ont ACTA!
» Le marché multi epoque de brouages 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FIAT LUX ROLISTICUM !!  :: SHADOWRUN 4 :: HISTOIRE DU 6ème MONDE-
Sauter vers: